LE CLITORIS,
CE CHER INCONNU

Un film documentaire sur la sexualité féminine

Accueil
Film
Note de l'Auteur
Equipe
Intervenants
Liens
Vos Commentaires
Extraits
Dates de Diffusion
Commander le DVD
Fiche pédagogique

Conditions générales de ventes | Nous contacter | Site développé par Digital Salade | © 2005 Cats & Dogs Films

Note de l’Auteur

L’histoire d’un film

Alors que je travaillais encore au Musée des Sciences à Londres, je tombais un jour sur un article du New Scientist. Le clitoris mesure près de 8 centimètres me disait-on.

J’avais alors 30 ans. Je me considérais comme une jeune femme informée et émancipée, sans tabou. Et voilà que je ne savais pas cette chose toute simple. Je me rendais compte que les seules connaissances que j’avais de cet organe étaient empiriques. Personne ne m’en avait jamais rien dit. Et puis surtout, jamais je ne m’étais posé la question.

Une rapide enquête de proximité me confirma que je n’étais pas seule dans l’ignorance. Mes révélations sur la taille de l’organe étaient reçues par de la gêne, de l’étonnement, des sourires, des sarcasmes, du mépris, de la colère parfois, mais toujours avec une extrême curiosité.

C’est cette ignorance mêlée de curiosité, qui m’a donné envie de faire ce film, et aussi une certaine intuition que le clitoris était manifestement plus qu’un organe. Un symbole embarrassant du plaisir féminin.

Les débuts furent difficiles car il existait très peu d’information. Aucun spécialiste. Peu de publications. Pas l’ombre d’une réflexion ne datant pas des années 70. Et le sens aigu d’un grand nombre d’écueils possibles. La décision fut vite prise de commencer par le début. Qu’est-ce que cet organe ? De quoi est-il fait ? Que sait-on de lui à l’orée du XXIème siècle ?

Très vite, j’allais faire une rencontre qui allait donner un sens à mon travail. Jo Adams, Directrice du « Sheffield Centre for HIV and Sexual Health », avait une approche radicale. Finie l’approche reproductiviste de l’éducation sexuelle. Elle voulait que, loin des dogmes souterrains qui pèsent encore sur la sexualité des adolescentes, elles se fassent d’abord une idée de leur propre plaisir, et puissent ensuite avoir les rapports sexuels qu’elles ont choisis. Et non, des rapports qui ressemblent à une maladroite et malheureuse copie de ce que la société leur renvoie.

Je compris alors que parler du clitoris, c’était dire aux femmes « faîtes confiance à votre corps, avant de faire confiance aux théories des autres, qu’elles soient savantes, moralistes, libérées ou scientifiquement prouvées ».

Ce film est là pour nous aider à mieux nous connaître et à mieux nous comprendre.

Michèle Dominici - Auteur